Dossier d’incidences au titre de la loi sur l’eau dans le cadre d’un projet immobilier sur Arcachon

Arcachon figure parmi les stations balnéaires les plus prisées du territoire national. Commune entourée de pins et bordée de villages pittoresques, vivant au rythme des marées, la ville cultive un certain art de vivre, autour de son patrimoine naturel.

Le projet « Les Amarres de l’Aiguillon », porté par la Société Crédit Agricole Immobilier, s’implante sur une unité foncière de 2 710 m2, en lieu et place des installations BONNIN Frères (entreprise patrimoniale de construction navale, de réparation, d’entretien et de gardiennage de bateaux depuis 1928).

Cette opération permet de répondre aux demandes croissantes de logements sur Arcachon, le tout dans un quartier en mutation, passant ainsi d’une zone à tendance industrialo-portuaire à une zone à dominante résidentielle.

Une collaboration permanente avec le Maître d’Ouvrage a permis à erea-conseil la réalisation du dossier d’incidences au titre de la Loi sur l’eau, auquel est soumis le projet sous les rubriques :

  • 1.1.1.0. (Déclaration) « Sondage, forage, y compris les essais de pompage, création de puits ou d’ouvrage souterrain, non destiné à un usage domestique » ;
  • 1.1.2.0. (Déclaration) « Prélèvements permanents ou temporaires issus d’un forage, puits ou ouvrage souterrain dans un système aquifère ».

Dès la conception de son projet, le Maître d’Ouvrage a largement fait participer le bureau d’étude sur le contexte environnemental, afin d’obtenir un état initial complet ayant ainsi permis aux équipes de maîtrise d’œuvre et cabinet d’architecture de définir un projet qui s’inscrit au mieux dans l’environnement, avec comme actions et mesures clés :

  • La dépollution préalable de l’ensemble du site (contamination par les métaux et par divers polluants), dans le respect du plan de gestion défini par DEKRA HSE Conseil ;
  • Des engagements de saine gestion du site, en termes : de chantier « propre », de prévention du risque de pollution (bacs de rétention, kits antipollution…), de préservation de la ressource en eau (mise en eau temporaire du parking souterrain pour compenser les effets de pression de la nappe, bassin de décantation, pompage hors période estivale, suivi qualitatif, cimentation des piézomètres en place, système de goutte à goutte pour l’arrosage des espaces verts…).
  • Des solutions compensatoires relatives à la gestion des eaux pluviales et de ruissellement (toitures terrasses végétalisées, ouvrages de régulation, blocs d’infiltration…).
  • Des mesures en faveur du milieu naturel, visant la protection des espèces et des milieux (création d’espaces verts, période de travaux respectant le cycle biologique des espèces…).

La DDTM de Gironde a émis, le 12 novembre 2013, un avis de non opposition à la déclaration.