Recherche de tracés en vue du développement du schéma directeur des pistes cyclables départementales

La mission d’erea-conseil a pour objet la détermination de nouveaux itinéraires cyclables, de préférence en site propre, dans deux secteurs du Département de la Gironde, à savoir :

  • des liaisons entre Sauveterre de Guyenne, Monségur et Duras, ainsi qu’entre Sauveterre de Guyenne, le canal latéral à la Garonne et Roaillan,
  • un itinéraire longeant l’estuaire de la Gironde, en rive gauche, relié au réseau cyclable de la Pointe du Médoc ainsi qu’aux pistes du littoral Atlantique.

Elle s’est articulée en 2 phases, une étape en cours de concertation des élus et acteurs locaux étant intercalée.

Phase 1 : diagnostic et étude des hypothèses d’aménagement

Un état des lieux a ainsi été élaboré, présentant les contraintes et les atouts des territoires étudiés et détaillant :

  • les composantes de l’occupation du sol et données physiques de morphologie,
  • un recensement et une analyse des contraintes administratives et réglementaires vis-à-vis d’un nouvel équipement cyclable,
  • un recensement des éléments d’intérêt, susceptibles d’être mis en valeur par les futures liaisons cyclables,
  • un recensement des équipements existants (cyclables, pédestres et équestres) ou en projet,
  • une étude des hypothèses d’aménagements a ensuite été réalisée, présentant : un plan des itinéraires étudiés (à l’échelle 1/25 000ème, en utilisant un Système d’Information géographique, basé sur les Scan25 de l’IGN) et une étude comparative des différents itinéraires sur des critères techniques, de sensibilité environnementale, d’intérêt touristique et paysager, de sécurité, liés au foncier et aux aspects financiers.

Phase 2 : approfondissement de la solution retenue

Après concertation et validation par le maître d’ouvrage, le tracé retenu sera présenté et son choix sera justifié au regard des éléments précédemment étudiés. La dernière phase consistera ensuite à :

  • définir les  aménagements retenus sur l’itinéraire,
  • estimer les dépenses,
  • réaliser une étude sommaire des impacts des tracés retenus, en déterminant les impacts temporaires et permanents, et en proposant des mesures favorisant l’intégration environnementale, paysagère, urbaine et patrimoniale.

 

Enregistrer

Enregistrer